Article 4 – BIO-INSPIRATION – Comme dit Coluche : Il faut, pour aller droit, avoir d’abord tout essayé de travers

Veuillez trouver ci-dessus la version audio ou “podcast de l’article. Appuyez sur “Play” ou “Télécharger”. Musique de fond du podcast composée par La musique libre Holfix “Lien en bas de la page”

Index :

1/ Nos propres limites

2/ L’apprentissage passe par l’erreur

3/ Les animaux grandissent grâce à leurs erreurs

1/ Nos propres limites

Le premier réflexe lorsque nous voulons lancer un projet de vie ou projet professionnel qui nous parle est souvent de se poser la question : est-ce que c’est le bon chemin ? Est-ce que je vais réussir ? Est-ce que cela me conviendra ?

Mais comme l’a dit Coluche : “Il faut, pour aller droit, avoir d’abord tout essayé de travers”

La vie est un éternel apprentissage. Oser et essayer sont les maîtres mot d’une vie épanouie. On ne peut savoir à l’avance si cela va marcher ou non, car la réelle valeur de ce que nous entreprenons n’est pas l’aboutissement mais le chemin pour y parvenir.

Même si ce que nous entreprenons abouti à nos yeux à un échec, le chemin qui nous y a mené est à lui seul une réussite.

Toutes ces réussites constituent nos expériences et c’est le cumul de toutes ces expériences qui nous guiderons vers la réponse des questions ci-dessus.

Parfois cela fonctionne et parfois non. Ce qui nous bloque dans cette démarche, c’est d’envisager l’échec. Nous avons tellement baigné dans un monde où il faut être parfait, que nous nous créons instinctivement des limites qui sont à nos yeux un gage de sécurité.

Considérer l’échec comme une défaite, c’est accepter de rester sur place, même si cette position ne nous convient pas vraiment. C’est accepter de ne plus faire un pas en avant. Donc renoncer à découvrir le monde, se découvrir soi-même. Avec le risque d’arriver au pied du mur le cœur plein de regrets.

Avec une petite prise de recul, voici le déroulé de ce qu’il peut se passer si l’on fait un choix ou l’autre.

Le chemin pour parvenir à mon projet L’aboutissement de mon projet

Je choisis de tenter ma chance

1

est une réussite car il me fait grandir et m’ouvre de nouvelles portes

S’avère un échec

2

est une réussite car il me fait grandir et m’ouvre de nouvelles portes

S’avère une réussite

Le chemin pour y parvenir l’aboutissement
Je choisis de ne pas tenter ma chance, car l’échec me fait peur

3

inexistant

inexistant

4

inexistant

 inexistant

Regardons les deux tableaux et comparons l’impact qu’ils ont eu sur notre évolution et épanouissement.

Lorsque nous tentons notre chance, dans les deux cas, le chemin pour y parvenir est une réussite. Car la vie est un éternel apprentissage. 

2/ L’apprentissage passe obligatoirement par l’erreur

A quoi nous servirait notre vie si nous savions déjà tout faire ?

Le chemin principale de l’apprentissage c’est l’erreur.

  • Une personne qui fait des erreurs est une personne qui avance.

  • Une personne qui ne fait pas d’erreur est une personne qui ne tente rien.

Seulement, dans le monde professionnel actuel l’apprentissage n’existe plus. Les budgets et délais sont tellement optimisés que la personne doit être opérationnelle tout de suite. Tout est basé sur « L’aboutissement » et non sur « le chemin pour y parvenir ». Ce qui nous pousse de plus en plus à la réticence d’oser. Nous nous retrouvons au milieu d’un dispositif inhumain, car il se base simplement sur le résultat et en aucun cas sur la façon de le réaliser.

J’ai eu personnellement le plaisir d’avoir plusieurs stagiaires dans les postes que j’occupais. A la longue j’ai pris conscience d’une chose. A chaque premier entretien que j’avais avec eux, je leur posais la question suivante :

Es-tu quelqu’un qui fait des erreurs ?

La plupart du temps ils se sentaient désarmés face à la question. Alors je leur précisais l’information suivante.

Quelqu’un qui fait des erreurs, c’est quelqu’un qui ose, c’est quelqu’un qui n’a pas peur de vivre. C’est une personne qui saura découvrir et m’accompagner dans mon activité. Mais à une seule condition, que l’erreur soit vue comme une occasion à grandir et non comme un échec. Ce qui nous évite de recommencer la fois d’après.

En agissant de la sorte, peu importe le profil de stagiaire qui se présentait à moi. Ils remplissaient leur rôle pour le mieux, et je pense y avoir vu parfois une once d’épanouissement…

3/ Les animaux grandissent grâce à leurs erreurs

Pourquoi s’inspirer des animaux ?

Car ils n’ont aucune bride face à l’échec. Tout leur apprentissage est basé sur l’échec. C’est ce que la nature a estimé de plus efficace pour les aider à évoluer dans une vie où la loi de la jungle est radicale.

La seule chose qui les différencie de nous, c’est que pour eux les échecs sont habituels et ne leur mine pas le moral. C’est un outil comme un autre.

C’est pour cette raison que votre chien vous est toujours aussi fidèle après s’être fait grondé. Il a peut-être mangé le pied de la table de la cuisine avant que vous rentriez du boulot, mais après-tout, pour lui ce n’est qu’une occasion à grandir…

———————————————————————

Musique de fond de podcast proposée par La Musique Libre HolFix

– Vlog Time : https://youtu.be/bAUk3tAgJzk

– HolFix : https://soundcloud.com/holfix

———————————————————————

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :