Article 6 – Santé/Société – L’humain et sa boite à outil. S’identifier à ses outils de vie n’est pas la solution.

Index

1/ La boite à outils de l’humain, qu’est-ce-que c’est ?

2/ Les frontières entre l’humain et ses outils

3/ Transposons les choses

4/ Que faire, lorsque nous faisons face à ces situations ?

 

1/ La boite à outils de l’humain, qu’est-ce-que c’est ?

Comme nous pouvions le voir dans les articles précédents, lors de notre passage au travers des plaines nous faisons face à des expériences de vie*. En fonction du contexte qui nous entoure, nous nous construisons chacun de façon unique. Ces expériences de vie constituent l’intégralité de notre vie et nous permettent d’évoluer jour après jour. Ces expériences génèrent chez nous bon nombres de stimulations (réactions, ressentis, émotions, croyances etc…) et nous amènent à nous créer des accessoires pour tenter de structurer nos vies (Nos passions, notre métier, l’argent, le temps personnel etc…). L’ensemble de ces stimulations et accessoires constituent ce que j’appelle la boite à outils de l’humain.

Face à toute cette panoplie l’humain est au rênes de sa construction personnelle. Il va découvrir jour après jour tous ces outils et les mettre en concordance avec les événements et situations qui viennent à lui. L’ensemble de ces outils ont à la base, le rôle d’apporter à l’humain des clés pour solutionner les situations qui viennent à lui. Et par la suite prendre conscience de leur rôle afin de les utiliser au bon moment lorsque le besoin se fait sentir. C’est ce que l’on peut appeler l’évolution intérieure.

Néanmoins, ces outils qui sont au départ là pour servir l’humain peuvent prendre petit à petit la main sur celui-ci et l’amener à une auto-manipulation. Pour imager ceci voyons d’abord quelles sont les frontières entre l’humain et ses outils.

2/ Les frontières entre l’humain et ses outils

Prenons un humain qui s’identifie professionnellement comme menuisier, il doit construire un nouveau meuble. Pour ceci l’humain va puiser dans sa boite à outils matériel. Il va donc avoir besoin d’outils physiques : marteau, clous, vis, tourne vis etc… et de matériaux (Bois etc..) Les plans du meuble sont élaborés. Tous les outils et matériaux sont là, il ne reste plus qu’à se mettre en route dans la construction du meuble. L’humain prend les deux premiers morceaux de bois et décide de les assembler à l’aide d’un clou. Il frappe sur le clou.

Et soudain il se retrouve avec une blessure importante à la main. Impossible de comprendre comment cela a pu lui arriver. Il a pourtant fait comme il fait d’habitude (Car il a plus que l’habitude de le faire ce mouvement étant menuisier), il a pris un clou, positionné et calé les deux morceaux de bois et a frappé dessus.

Mais le marteau il est où dans l’histoire ? Il a oublié de prendre le marteau ! Il était bien là juste à côté, l’humain ne s’est pas rendu compte qu’à force d’utiliser ce marteau, il s’est identifié à lui. Son outil est devenu lui, ou peut être même que c’est lui qui est devenu son outil (Il est devenu marteau). Il a frappé avec sa main et non avec le marteau. L’humain ne s’est pas aperçu que le marteau ne faisait pas parti de lui.

Cette histoire paraît totalement absurde ! N’est ce pas ! Un humain qui agit de la sorte est étrange. Et pourtant, c’est comme ça que nous nous créons tout notre mal-être.

Il paraît évident pour tout le monde qu’il faut un marteau dans notre main pour frapper sur un clou. Mais avec nos outils personnels ça nous paraît pas toujours aussi évident.

3/ Transposons les choses

Transposons les choses, « l’humain » reste « l’humain », mais remplaçons l’outil matériel « le marteau » par un outil de vie, une émotion « la peur ». Et remplaçons « les matériaux du meuble » par « Une situation de vie ».

L’humain habitué à utiliser son outil de façon répétitive et étant obnubilé par la routine (sans aucune prise de recul), il a fait corps avec lui. il s’est identifié à son outil « la peur » . depuis ce jour, à chaque fois qu’il tombe face à une situation nouvelle c’est la peur qui se présente, c’est elle qui est là. Au bout d’un certain temps l’humain est devenu son émotion « la peur », comme le menuisier est devenu le marteau. A force de se voir constamment comme un même outil, un mal être s’installe, une situation de santé difficile par exemple, une blessure intérieure. Impossible de comprendre comment cela a pu lui arriver, Il a pourtant fait comme il fait d’habitude.

La solution paraît facile à dire, l’humain aurait dû prendre du recul. Dans sa vie intrépide cela paraît être une perte de temps. Mais c’est pourtant un moment indispensable face à une situation. Toujours faire comme d’habitude n’est pas la solution.

Car ce moment lui aurait permis de comprendre que ses émotions, son corps, son métier, ses passions, son argent, sa montre… ne sont que des outils et non lui.

Les émotions sont des outils *2: Elle sont là pour nous guider, la peur est avant tout là pour nous permettre d’échapper au danger quand il se présente. Mais lorsque la croyance s’installe que tout est danger autour de nous, la peur devient petit à petit nous.

L’argent est un outil *2: Vous n’êtes pas une personne riche ou une personne pauvre, vous êtes avant tout un humain parmi les autres. Et dans vos expériences de vie vous expérimenterez des situations de richesse et/ou de pauvreté. Mais vous êtes avant tout un humain, c’est la seule réalité qui soit, le reste n’est que pur création de l’homme. L’argent est un simple rectangle de papier, c’est la croyance que tout le monde s’en fait qui lui donne l’illusion d’être réelle. C’est un outil que nous nous sommes créé. C’est un outil très utile lorsqu’il est utilisé correctement.

Les situations de santé, le mal-être sont des outils *2: Ils sont là pour vous mettre en évidence le déséquilibre que vous avez instauré dans votre vie. Mais il ne sont pas vous, ils sont simplement le produit de vos expériences passées. Ils sont là pour vous aider tant que vous ne vous identifiez pas à eux. Dès lors que vous vous identifiez, vous êtes cette maladie et elle ne joue plus son rôle d’outil. Un blocage se créé.

Le temps apparaît aussi sous certains aspects comme un outil *2: Lorsque vous rentrez le soir du travail et que vous avez le sentiment de ne jamais avoir assez de temps. Lorsque sans le vouloir tout est calculé pour vous, la routine vous impose de manger à telle heure, de lire ou regarder la télé à telle heure. Et que soudainement, un soir, suite à un événement, ça ne se passe pas comme ça , un mal être s’installe, à la place de regarder la télé vous êtes obligé de réparer ceci et cela, vous vous dites que ça vous fait perdre votre temps. Et pourtant ce n’est qu’une illusion que vous vous faites, vous vous êtes identifié à votre routine, elle est vous. Vous prenez « votre perception du temps inscrit sur votre montre» comme une réalité, comme faisant partie de vous. Les heures inscrites sur votre montre ne sont que des informations par rapport à un monde fictif que l’humain a construit pour structurer sa vie, mais c’est en aucun cas une réalité.

Votre métier est un outil, mais il est en aucun cas vous, en aucun cas une vérité, en aucun cas une réalité.

Etc…

La seule réalité c’est vous.

4/ Que faire, lorsque nous faisons face à ces situations ?

Il est indispensable de marquer un temps de réflexion lorsque nous ressentons, face à une situation, un sentiment déstabilisant au fond de nous. Ce n’est en aucun cas une perte de temps, mais une grande aide que nous nous offrons. Ce moment nous apprend à être à l’écoute de soi et de ses besoins profonds. Il nous aide à prendre conscience de nos outils personnels, de les prendre en main, de les façonner selon nos valeurs. 

Lorsque nous sommes capable de prendre ce petit temps de recul, nous prenons conscience que notre vie n’a au final aucun problème. Car tout ce que nous rencontrons face à nous chaque jour est un outil pour nous aider à avancer.

Un outil qui ne fait pas partie de nous !

*: Voici le lien vers l’article sur les expériences de vie « Article 3 – Nos expériences de vie, l’illusion que nous nous construisons tous de la même façon ».

*2: Je ferai un article spécifique sur chacun de ces thèmes car il y a beaucoup à en dire.

Photo de couverture by h heyerlein on Unsplash

Envoyez-moi vos expériences de vie !

Si vous voulez partager une expérience, écrivez-moi sur la page « Contact » ou à l’adresse mail (contact@lecoupdoeilquiinspire.com).

Expliquez-moi en quelques lignes votre expérience de vie et ce que vous voulez transmettre. Je choisirai une personne par mois que j’irai rencontrer et interviewer.

Rendez-vous sur le site !

Rendez-vous sur le site https://le-coup-doeil-qui-inspire.com afin de suivre l’ensemble des événements et publications. N’hésitez pas à vous abonner au site afin d’être averti des publications.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :