Un talent, un humain – Wallace Chan, un parcours atypique allant du Bouddhisme à la joaillerie d’art.

L’épanouissement est affaire de vocation

Wallace Chan en est l’exemple même. Un humain épanoui qui écoute son intuition et ses valeurs.
Wallace Chan est un joaillier Chinois originaire de la ville de Fuzhou. Passionné par la taille de pierre depuis toujours, son rêve est d’assouvir sa vocation.

Il quitte l’école à l’age de 13 ans pour subvenir aux besoins familiaux. Enchaînant les petits boulots, il intègre en 1973 un atelier familial comme apprenti sculpteur. Sentant l’attirance qui le porte dans ce domaine, il décide de créer un an plus tard, à l’age de 17 ans, son propre atelier de sculpture. Il travaillera dans un premier temps pour Yih Shun Lin un collectionneur d’art Taiwaner, qui va lui confier la conception d’un Stupa pour  le centre commémoratif du Bouddha Fo Guang Shan à Kaohsiung.

Malgré un soutien modéré de sa famille pour ce domaine, il ne se démonte pas et continu de s’y investir pleinement. Il va découvrir alors la joaillerie d’art.

« Tout dans l’univers est le résultat de notre généreuse Mère Nature, le pouvoir et la beauté qu’elle créé chaque jour va au delà de notre imagination » Parole de Wallace Chan – Interview par la BBC, octobre 2014

En parallèle de son apprentissage dans la taille de diamant, Wallace Chan n’oublie pas sa passion et son admiration pour la nature qui l’entoure. Précurseur dans une démarche de Bio-inspiration, il va manier l’art et la nature d’une main de chef. Il prendra pour modèle la nature et la sublimera avec l’aide des plus belles pierres précieuses que la terre puisse offrir.

A l’écoute d’un monde qui le porte, il va le sublimer avec un talent inégalable.

Sa curiosité et son admiration pour notre mère nature le pousseront en 1987 à déposer un brevet qu’il baptisera la « Wallace Cut ».

« J’ai appris que lorsque la lumière pénétré dans le diamant, la réflexion et les couleurs interagissent ensemble et créent différents aspects » Parole de Wallace Chan Interview par la BBC, octobre 2014

C’est dans une pierre précieuse aigue-marine qu’il va mettre en application sa découverte. Il réunira dans cette pierre nombre de ses observations, mais aussi l’inspiration d’une déesse Grec du nom de Horae. Elle est la déesse des 4 saisons.
De ce fait s’il sculpte son visage au milieu de la pierre dit-il, la magnificence de la nature sera diffusée en quatre réflexions distinctes sur chaque face de la pierre.

Vous pouvez admirer cette pierre sur le lien suivant : Cliquez ici 

Encore une fois, c’est en sublimant un art déjà existant qu’il donnera jour à cette magnifique pierre pleine de sens et de vie.

L’ensemble de ses créations seront l’image d’une Nature existante.

Par la suite il va travailler avec les plus belles pierres du monde comme ce saphir unique au monde de 164 carats.

Il sera le premier Bijoutier asiatique à exposer à la Biennale de Paris en 2012 puis 2014.

Il est l’exemple d’une richesse humaine incomparable de par son talent, mais aussi par son humanité et son respect pour la nature.
Il refusera des ventes à 210 millions de dollars,
 simplement parce-qu’en regardant ses créations, il y voit une richesse tout autre que l’argent.

Wallace Chan est l’exemple même qu’un homme dopé à l’amour, observateur du monde qui l’entoure, est capable des plus belles choses qui puissent exister sur terre.

Tant que vous aimez ce que vous faites, vous continuerez à vous épanouir jour après jour.

Vous pouvez découvrir l’ensemble de ses créations sur son site officiel: Cliquez-ici

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :